Madama Butterfly

L’opéra tragique classique de Puccini

L’histoire d’amour tragique de Madama Butterfly a permis au compositeur Giacomo Puccini (1858-1924) d’ouvrir tous les registres émotionnels. La musique qu’il a écrite pour “Butterfly” est une confrontation captivante entre l’Orient et l’Occident, un mélange de leitmotivs wagnériens et de mélodies japonaises authentiques qui vont droit au cœur. L’histoire, les émotions et la musique sont si universelles que Madama Butterfly n’a rien perdu de sa popularité au fil des années. Puccini estimait qu’il s’agissait de son opéra le plus intense et le plus expressif.

Music Hall Classics vous invite à découvrir cet opéra impressionnant dans une mise en scène classique, intègre et intemporelle qui donne tout l’espace nécessaire à l’histoire passionnante et à la partition délicieuse.

L’histoire

Nous sommes au Japon. À l’âge de quinze ans, Cio-Cio-San, ou ‘Butterfly’, devient une geisha – une dame de compagnie – lorsque sa famille tombe dans la pauvreté. L’agent matrimoniale de Goro l’unit à Benjamin Pinkerton, un officier américain basé à Nagasaki. Pinkerton ne sait pas s’il est seulement amoureux de Cio-Cio-San ou s’il l’aime vraiment, mais il signe malgré tout un contrat de mariage avec Goro pour une période de 99 ans résiliable tous les mois. Pendant la cérémonie de mariage, Butterfly est répudiée par sa famille pour avoir adopté la religion de Pinkerton et ainsi couvert de honte sa famille et ses ancêtres. Après leur mariage, Pinkerton et Cio-Cio-San vivent quelques nuits enflammées avant que Pinkerton ne disparaisse dans la nuit sans savoir que Cio-Cio-San est enceinte de son enfant.

Les années passent et Cio-Cio-San, amoureuse, prend soin de son fils en attendant patiemment le retour de Pinkerton. Sa bonne, Suzuki, insiste pour qu’elle l’oublie.

Goro essaie lui aussi de la remarier, mais elle refuse avec entêtement. Le consul américain Sharpless apporte à Butterfly une lettre de Pinkerton qui annonce son retour au Japon… mais le consul est incapable de la lui lire jusqu’au bout, car Pinkerton y explique qu’il s’est marié en Amérique avec Kate, qui l’accompagne au Japon.

Sharpless, Pinkerton et Kate viennent rendre visite à Butterfly qui n’est au courant de rien : Kate a accepté d’élever leur enfant, mais Cio-Cio-San suppose encore que Pinkerton est revenu pour rester auprès d’elle. Lorsqu’elle se rend compte que sa patience, sa fidélité et la rupture avec sa famille n’ont servi à rien, elle craque. Elle accepte de confier son fils au couple à une seule condition : que Pinkerton vienne le chercher lui-même. Une fois seule, Cio-Cio-San se coupe la gorge avec le couteau hara-kiri de son père. Pinkerton arrive trop tard et Cio-Cio-San meurt devant lui.


“Une des perles du répertoire d’opéra classique de Giuseppe Verdi .”

Je ne veux pas rater ce spectacle.


RESERVEZ ICI

Bon à savoir

Giacomo Puccini a choisi d’étudier la musique après avoir vu l’opéra « Aïda » de Giuseppe Verdi. À l’âge de 22 ans, il commence ses études au conservatoire de Milan. En 1893, il rencontre le succès grâce à l’opéra ‘Manon Lescaut’.

‘Madama Butterfly’, dont le libretto est basé sur une courte pièce de théâtre du même nom de David Belasco (elle-même basée sur une histoire courte de John Luther Long de 1898), a été créé en février 1904 à la Scala de Milan. Il est difficile d’imaginer aujourd’hui que cet opéra a été le plus grand échec de Puccini. Le compositeur a dû rembourser les pertes financières de la Scala avant de retravailler l’opéra.

Le 28 mai 1904, une nouvelle première a lieu à Brescia. Elle rencontre un plus large succès. Au total, Puccini a travaillé pendant trois ans à ce chef-d’œuvre, qui existe en… cinq versions !

“Madama Butterfl”, avec “La Bohème” et “Tosca” de Puccini, est l’une des perles du répertoire d’opéra classique et n’a jamais disparu des programmes.

Les amateurs de comédies musicales s’y sentiront chez eux : Alain Boublil et Claude-Michel Schönberg se sont en effet inspirés de “Madama Butterfly” pour leur tube sensationnel “Miss Saigon”.

Creatives

COMPONIST   Giacomo Puccini

REGIE    Anatol Preisler

SET-DESIGNS   Karel Spanhak

KOSTUUMS   Ulli Kremer

ORKEST EN KOOR   Music Hall Classical Orchestra and Chorus

Partenaires


PARTAGEZ AVEC TES AMIS